La première compagnie aérienne européenne propose 1'800 vols quotidiens et plus de 200 destinations.

Cette citation de Saint Augustin sonne parfaitement avec notre analyse du jour. Depuis une trentaine d’années les compagnies aériennes ont du faire face à une nouvelle concurrence: innovante, agressive et populaire chez les voyageurs européens. Cette compagnie a clairement révolutionné – avec son petit frère orange – la façon dont nous autres Européens partons à la rencontre des amis et voisins européens. Avec leur business model du ”low-cost”, à ne pas confondre avec le ”low-price’’, ces nouveaux acteurs aériens ont su rapprocher les cultures européennes entre elles, en nous permettant de passer le weekend à Séville comme nos parents le passaient à la campagne. Oui vous avez deviné, nous allons parler ce matin de la première compagnie européenne.

Cette année Ryanair aura transporté presque 120 millions de passagers aux 4 coins de l’Europe. avec ses 1’800 vols quotidiens et plus de 200 destinations desservies, la plus mature des compagnies low-cost européennes est devenue au cours des 31 dernières années LE leader, THE leader. Et avec ses 300 nouveaux Boeing 737 commandés, Ryanair entend accompagner à la découverte de l’Europe 200 millions de voyageurs d’ici 2024. Oui, oui 200 millions, soit presque 30% de la population européenne. En effet, dans le sillage de ses dernières publications plutôt en ligne avec les attentes, la compagnie prévoit de déplacer vers l’est européen ses leviers de croissance tout en réduisant encore ses prix. Le PDG, Michael O’Leary a d’ailleurs annoncé hier vouloir devenir la compagnie de la génération Erasmus. En effet, entre le 1er septembre 2017 et juin 2018, les étudiants Erasmus auront droit à une réduction supplémentaire de 15% et un bagage en soute gratuit!

Fondé en 1985, par un homme d’affaires irlandais, “Tony”, et avec un capital d’une livre. La compagnie opérait alors une seule liaison entre Dublin et Londres Gatwick. Après avoir bu un peu la tasse entre 1991 et 1993, l’actuel PDG Michael O’Leary va être sans contestation l’artisan du décollage spectaculaire de Ryanair. En 5 ans, entre 1998 et 2003, la compagnie aura même l’arrogance de quadrupler son chiffre d’affaires. Episode qui a trompé plus d’un analyste financier!!!

Alors après cette petite introduction vous allez me dire que je vous parle de Ryanair parce que Credit Suisse maintient ses objectifs! Et bien raté, ce matin Ryanair vient tous simplement de clignoter sur notre radar theScreener. Oui, je suis une sorte d’aiguilleur!!! A 18,42 EUR, le prix nous semble de nouveau bon, et le titre passe de neutre à positif. En effet, le titre gagne de l’intérêt sur le fondamental, au regard des estimations sur la croissance et les dividendes, le titre semble légèrement sous-évalué. Toujours sur la partie fondamentale, les 20 analystes qui suivent le titre, dont notre ami de chez Credit Suisse, sont positifs depuis le 5 mai. Sur la partie technique, la surperformance est au rendez-vous avec un petit 14.6% au-dessus du Stoxx 600. Sur la tendance technique à moyen terme, on reste toujours positif.

En bref, on est sur un titre à 4 étoiles :

  1. Fondamentalement : Le titre du leader du low cost aérien semble sous-évalué, et les analystes sont plutôt positifs !
  2. Techniquement : Le titre s’inscrit en tendance haussière et enregistre une surperformance relative dans un environnement « voyages et loisirs » positif.

Sur la sensibilité, la perception du risque. Il semble enfin que le titre soit normalement sensible aux corrections de marché, mais somme toute assez résilient en cas de pressions spécifiques, en cas de mauvaises nouvelles.

Conclusion, en combinant d’un côté des bons signaux sur le fondamental et le technique, avec une sensibilité moyenne, le titre de Ryanair nous propose une évaluation globale plutôt positive.

Si vous voulez approfondir l’analyse du pionnier du low cost aérien, veuillez télécharger l’analyse détaillée theScreener.

Nous vous souhaitons de la part de toute l’équipe theScreener, une excellente journée,

Stanislas Laurent