ZIRP et NIRP (les politiques de taux d’intérêt zéro, voire négatif) ont eu un impact considérable sur la performance et la dispersion des marchés des actions.

À titre d’exemple, la performance relative des styles «growth» et «value» atteint des niveaux record, après le creux observé en 2010. Par conséquent, est-il temps d’arbitrer la croissance pour la substance?

De la même manière que le prix de biens achetés à discount peut encore baisser, tous les titres «value» ne sont pas nécessairement de bonnes affaires et, inversement, tous les titres de croissance ne sont pas forcément chers. Mieux vaut donc ne pas suivre aveuglément les indices de marchés et donner la préférence à des gérants actifs capables de discernement.