En surface, rien ne semble bouger, mais…

Au niveau parlementaire domestique, les républicains soutiennent toujours la ligne dure de leur président: le climat n’est pas une préoccupation. D’ailleurs, début juillet, ils ont bloqué les initiatives des Démocrates visant à forcer les entreprises américaines à révéler leurs problèmes environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Mais sous la surface, Trump semble préoccupé par un risque électoral grandissant. Une partie de l’électorat républicain n’est pas climato-sceptique. Pire, la frange la plus jeune de son électorat est résolument opposée à la posture du parti sur ce sujet! Son instinct politique et, plus important encore, les derniers sondages lui suggèrent une de revisiter cette posture…

 

Source : National survey results on the Climate Leadership Council’s Carbon Dividends Plan. Mai 2019.

Le vecteur d’un changement possible de point de vue chez les Républicains, c’est le Climate Leadership Council. Ce conseil a été fondé en juin 2017. Il a été constitué au-delà des partis politiques et regroupe une large coalition de chefs de grandes entreprises (énergie, aliments et boissons, assurances, télécommunications, services publics, automobile, etc.), d’experts économiques, de grandes ONG environnementales et de politiciens retraités de renom. Ce groupe de réflexion américain s’est notamment adjoint des célébrités telles que Bernanke, St Hawking, K Schwab.

En pratique, il est d’abord resté quasi-inaudible, faute de proposition concrète. Mais au T2 2019, ce conseil a élaboré une proposition novatrice et «rentable» qui a indéniablement marqué les esprits. Certains ténors du parti républicain ont activement élaboré et promu un projet intitulé le Carbon Dividend Plan. On y trouve aux avant-postes notamment J. Baker, G. Schulz, H Paulson et M. Feldstein qui ne sont guère réputés pour leur vision gauchiste / écolo! Ils ont obtenu l’engagement des grands producteurs de combustibles fossiles – dont Exxon, BP et Conoco Philips – qui ont accepté le principe d’une augmentation des redevances sur les émissions de carbone, en échange d’un abaissement de la réglementation sur les gaz à effet de serre.

Les quatre piliers du Carbon Dividend Plan. Augmenter graduellement cette taxe sur les émissions de carbone. Redistribuer à tous les ménages américains les revenus de cet impôt. Niveler / égaliser cet impôt sur les importations et les exportations concernées par l’émission de carbone (Border adjustment). Ses deux principales différences avec les autres initiatives (notamment démocrates), c’est 1) que les revenus seraient intégralement restitués aux ménages américains sous forme de dividendes trimestriels. Les premières estimations s’élèveraient à environ 2 000 dollars par an pour une famille de 4 membres. Et 2) le secteur privé “polluant” seraient partie prenante à cette discussion.

Nul doute, le changement climatique engendre une certaine vulnérabilité des Républicains et de Trump. C’est très clairement le cas des électeurs de moins de 40 ans. Ce n’est probablement pas par hasard que, début juillet, Trump a lancé un ballon d’essai en déclarant son amour pour l’innovation environnementale!

En conclusion une seule chose parait sûre. Au cours des prochaines années, le climat sera une question centrale, tant du point de vue politique que social. Mais aussi une variable incontournable à considérer dans une politique de placement, tant pour les clients privés qu’institutionnels.

 

Heravest SA est une boutique indépendante dans le conseil en investissement, du top-down au bottom-up, et un fournisseur de solutions d’investissement.

Rue du Cendrier 12-14
CH-1201 Genève
T +41 22 715 24 40