La forêt amazonienne brésilienne connaît un nombre record d'incendies cette année.

Les statistiques de l’Institut national brésilien de recherche spatiale (INPE) basées sur des données satellitaires montrent que plus de 80’000 incendies ont été détectés entre le 1er janvier et le 25 août 2019, soit déjà plus du double que le nombre recensés pour la même période en 2018. Les fumées dégagées par les incendies sont si intenses qu’elles ont fait disparaître le soleil à Sao Paulo la semaine dernière, plongeant la ville dans une sinistre pénombre en plein après-midi.

Le président brésilien Jair Bolsonaro, sévèrement critiqué pour ses politiques environnementales, a vivement contesté ces chiffres ainsi que l’ampleur de la situation. Il n’a également pas apprécié qu’Emmanuel Macron se soit emparé du sujet lors du G7, accusant le président français d’avoir une “mentalité colonialiste”. Onyx Lorenzoni, chef de cabinet du président brésilien, a annoncé le rejet officiel par Brasilia de l’aide d’urgence de 30 millions proposée par le G7, en publiant un communiqué estimant que les moyens proposés seront peut-être plus pertinents pour la reforestation de l’Europe ou pour éviter d’autres incendies tel celui de Notre-Dame de Paris… avant de retourner sa veste et d’accepter l’aide internationale à condition que celle-ci n’empiète pas sur la souveraineté brésilienne.

Ce n’est pas la première fois que le chef d’État brésilien s’illustre par son déni vis-à-vis des sujets environnementaux. Début août il avait limogé le directeur de l’INPE, accusé d’exagérer l’ampleur de la déforestation en Amazonie. L’attitude de Jair Bolsonaro change l’image du Brésil dans l’opinion publique. Alors que le pays bénéficiait jusqu’ici d’une image plutôt cool, il rejoint dorénavant le club des “méchants” et certaines personalités commencent à appeler au boycott de produits brésiliens.

 

Infographie: La forêt amazonienne part en fumée | Statista
Vous trouverez plus d’infographies sur Statista