Trumpetus cornucopioides est un champignon présent dans les forêts de l’hémisphère nord, plus précisément aux Etats-Unis. Comestible mais certainement pas pour toutes les tables.

A la veille de la réunion du G7 et de celle de Jackson Hole, les trumpettes de la mort ont été cueillies dans les bois. Jetons un coup d’œil à cette récolte.

Champignons avec une légère amertume

1) Avant de prendre part au G7 à Biarritz, le Président des Etats-Unis a pris position pour un retour de la Russie. “C’est bien plus sensé d’avoir la Russie. Beaucoup de sujets dont nous discutons ont à voir avec la Russie, je la verrais bien revenir dans le G8”, a-t-il déclaré à la presse depuis la Maison Blanche, ajoutant qu’il “pourrait tout à fait soutenir” un retour au G8 avec Moscou si une proposition est faite dans ce sens. “Comme vous savez, pendant longtemps c’était le G8 (…) et le président Obama n’a plus voulu de la Russie parce qu’ils se sont montrés plus malins que lui”, a-t-il ajouté.

Pas sûr que Macron trouve l’idée sympathique et surtout que Trump lui vole la vedette.

2) Macron veut «faire du G7 un engagement des grandes puissances (pour préparer le sommet de septembre aux Nations Unies). Nous aurons à annoncer nos engagements pour la reconstitution du Fond vert pour le climat». Au même moment, Trump s’en prend aux fabricants automobiles américains qui voudraient s’accorder sur les normes anti-pollutions californiennes. Donald Trump a proposé en août 2018 d’annuler la réglementation adoptée sous son prédécesseur pour la période 2017-2025, qui représentait l’un des grands piliers du plan climatique Obama. A la place, les normes seraient gelées au niveau de 2020 jusqu’en 2026.

L’engagement pour le climat du président américain est «légendaire». Nous ne le voyons pas signer quelque accord que ce soit.

3) Concernant la crise iranienne, Macron voudrait convaincre Poutine de l’aider à faire revenir l’Iran à la table des négociations. En d’autres termes, le président français aimerait des alliés de poids pour infléchir la position de Trump.

Les larmes de Macron et de ses alliés mettront un peu de sel dans ces champignons mais n’enlèverons pas l’arrière goût amer.

4) Trump a un copain…Boris Johnson (le petit champignon avec le bonnet rouge sur la photo de l’article). Boris fait la tournée des popotes avec sa nouvelle recette de champignons. Il aurait même fait goûter ce plat à Mme Merkel qui a jugé possible de trouver un accord négocié dans les 30 prochains jours, qui réponde aux exigences du nouveau premier ministre britannique. Mme Merkel a toutefois prévenu qu’il faudrait une «clarté» totale sur la nature des relations futures entre Londres et l’UE. Et elle a rappelé que les négociations devaient être menées par la Commission européenne.

Le menu promet d’être altéré par quelques remarques bien placées de Trump. Il faudra renvoyer les plats anglais dont la garniture est composée de trumpettes de la mort.

5) Le vin servi à table sera-t-il français? Rappelons que Trump qui aurait inventé le guide Parker des vins… pourrait taxer de 100% les vins français qui sont, selon lui, moins bons que les américains. Il sera difficile pour Macron de convaincre ses partenaires européens de taxer les GAFA.

Difficile de digérer ces champignons…

6) Un petit territoire où il fait froid pour lequel Trump a eut un coup de chaleur. Monsieur pas content de ne pas pouvoir acheter cette terre et ses habitants décide de ne pas se rendre au Danemark. «Le Danemark est un pays très spécial avec des gens incroyables mais étant donné les commentaires de la Première ministre Mette Frederiksen, selon lesquels elle n’aurait aucun intérêt à discuter de l’achat du Groenland, je vais repousser notre rencontre prévue dans deux semaines à un autre moment», écrit-il.

Les trumpettes de la mort ne poussent donc pas sur la banquise…

Champignons manquant de saveur

1) Jackson Hole et Powell. L’institution présidée par Jerome Powell est coincée par son mandat et par Donald Trump, qui ne cesse d’exiger des baisses de taux. Le mandat, c’est l’emploi, la croissance qui reste trop faible, et l’inflation, en deçà des 2 %.

Pas de surprise par la sauce qui accompagnera les champignons.

2) Récession. Mais qui parle de récession? Selon un sondage publié dimanche par la National Association for Business Economists (NABE), près des trois quarts des économistes américains s’attendent à une récession d’ici 2021. Un avis que ne partage pas Donald Trump: “je ne crois pas qu’il y aura une récession. Nous nous portons terriblement bien”, a-t-il affirmé à des journalistes dimanche passé. Cependant, la Maison Blanche envisage des baisses d’impôts et de droits de douane pour éviter une entrée des Etats-Unis en récession, ont rapporté lundi des médias américains.

Il ne fallait pas mélanger les trumpettes de la mort et les amanites des Césars.

3) L’envoyé spécial des Etats-Unis pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, est arrivé mardi soir à Séoul pour une visite de trois jours. «Nous sommes prêts à entamer des discussions dès que nous aurons des nouvelles de nos homologues nord-coréens», a-t-il déclaré. Mais un porte-parole du ministère nord-coréen des affaires étrangères a mis son grain de sel en s’insurgeant contre le récent essai américain de missile de croisière de moyenne portée et contre le «dangereux» projet de Washington de déployer des avions de combat F-35 dans la région, susceptible de «déclencher une nouvelle guerre froide».

Malgré le sel du porte-parole nord-coréen, ces champignons étaient vieux donc insipides.

Les trumpettes de la mort ne semblent pas être un met qui ravira tous les convives du banquet du G7 ni de celui de Jackson Hole. Il ne faut pas oublier que le plat de résistance qui flattera les papilles des invités reste le pavé de différend commercial entre les Etas-Unis et la Chine avec, pour relever ce plat, la vente des F-16 à Taiwan.

Décidement, ces champignons donnent de boutons et ne méritent pas une place de choix sur les tables bien qu’ils soient comestibles. Difficile donc de trouver une bonne recette pour les cuisiner.