Comme la plupart des monnaies sensibles aux variations conjoncturelles, la couronne norvégienne (NOK) est sous pression.

La NOK est de retour à son plus bas niveau historique, comme en décembre dernier, lorsque l’aversion au risque était à son paroxysme. Depuis le début de l’année, la banque centrale norvégienne a relevé par deux fois ses taux directeurs. La grande question était de savoir si les décideurs politiques allaient explicitement faire allusion à un troisième relèvement dès le mois de septembre.

Face à l’incertitude mondiale grandissante, la banque centrale a décidé de laisser toutes les options ouvertes. La Norges Bank a indiqué que ses perspectives sur les taux directeurs n’avaient guère changé depuis le mois de juin. Alors que les prix du pétrole ont chuté, la couronne s’est considérablement affaiblie pour atteindre un niveau que les décideurs n’avaient pas intégré dans leurs prévisions.

Les taux d’intérêt mondiaux ont considérablement baissé cette année. Cela aurait dû se traduire dans la politique monétaire par une baisse du taux d’intérêt norvégien. Une grande partie de ces arguments était déjà présents avant la réunion de juin. Ainsi, la décision de ne pas mentionner de hausse de taux pour septembre semble logique.

Une hausse des taux lors de la prochaine réunion ne peut cependant toujours pas être totalement exclue.

Si le scénario de la banque centrale reste de relever ses taux à nouveau cette année, décembre semble nettement plus probable. Même si les perspectives mondiales se sont assombries, la croissance domestique reste soutenue par une forte augmentation des investissements liés au secteur pétrolier. Une hausse de taux en décembre reste le scénario le plus probable, même si, au final, tout dépendra de l’évolution de la guerre commerciale mondiale d’ici là.

La NOK ne s’est que modestement affaiblie suite à ce ton légèrement plus prudent. Comme la réunion de décembre est encore lointaine et que, dans l’intervalle, la situation sur le front du commerce mondial pourrait s’aggraver, les anticipations d’une hausse des taux plus tard cette année ne devraient que modérément soutenir la couronne. Elle n’en demeure pas moins l’une des devises les plus sous-évaluées parmi les économies développées.

EUR/NOK (source: Bloomberg)

A retenir

  • La couronne norvégienne restera à la merci de l’économie mondiale et de l’appétit pour le risque ces prochains mois/semaines.
  • Au niveau actuel, elle représente une alternative intéressante aux investissements en EUR car les taux d’intérêt norvégiens sont nettement plus élevés.

 

Heravest SA est une boutique indépendante dans le conseil en investissement, du top-down au bottom-up, et un fournisseur de solutions d’investissement.

Rue du Cendrier 12-14
CH-1201 Genève
T +41 22 715 24 40