Avec une poignée de main, ce qui ne garantit absolument rien, Trump a liquidé l’affaire du Trade Deal. En tous les cas la première partie. Y a plus qu’à écrire le texte, signer le texte et attendre trois semaines pour que ça soit fait. Mais pour le marché ; c’est fait. On va peut-être pouvoir passer à autre chose. Autre chose comme les chiffres du trimestre En tous cas pendant quelques jours. Jusqu’à la phase deux du Trade Deal.

L’Audio du 14 octobre 2019

Ce type est fort

Quoi qu’il en soit et quoi qu’on en dise, ce type est fort. Il est peut-être un peu con, voir limite ingérable, mais il est fort. Quand on voit comment il nous a baladé pendant 18 mois sur le sujet du Trade Deal et qu’en l’espace de 24 heures, il nous livre un package qui rassure tout le monde et pour lequel les USA ont à peine fait des concessions, on peut dire qu’il s’en sort de façon magistrale.

Oui, parce que dans le Trade Deal 1.0, les Chinois s’engagent à acheter environ 50 milliards de dollars de production agricole américaine, ils ont lâché du lest sur les questions de propriété intellectuelle et en échange, les USA se sont engagé à ne pas monter plus les taxes douanières – pas les baisser ou les supprimer, juste les laisser comme ça. Ça paraît quand même pas mal comme deal, on dirait presque les USA ont kidnappé la fille de Xi Jiping et qu’ils la tueront si les Chinois n’obéissent pas.

Le marché a aimé

En tous les cas, la première étape est réglée et Trump a marqué des points, parce que pour être franc, on commençait à ne plus y croire. Là où il est super-fort, c’est qu’en plus il a réussi à monter son deal pour que seule sa signature fasse foi, il a réussi à court-circuiter le Congrès et le Sénat, un moyen comme un autre pour leur dire qu’ils peuvent aller se faire voir et qui démontre toute la considération qu’il porte à ces institutions. Ça tombe bien, c’est elles qui vont devoir le juger et le destituer pour l’Ukrainegate, on n’a donc pas fini de rire.

Peu importe, nous on est des financiers et on n’est pas là pour faire de la politique – enfin, pour le moment – les marchés ont donc salué la nouvelle, les indices américains et européens ont terminé la séance de vendredi en hausse, pour ne pas dire en « forte hausse ». Comme on n’a pas eu le temps de bien savourer et de bien intégrer la chose, il va falloir voir comment on gère la nouvelle en ce début de semaine. Sommes-nous en mode « vendez la nouvelle », ou sommes-nous encore sous amphétamines suite à l’annonce de vendredi. En tous les cas, pour le moment l’Asie fête la nouvelle avec parcimonie. Hong Kong et la Chine sont en hausse de 1.2% chacun, plus ou moins. Le Japon est fermé, mais les futures sont indiqués à la hausse.

On y croit ou on n’y croit pas ?

Dorénavant, la question est de savoir si ce deal est positif ou pas. Ou comme je disais plus haut, est-ce qu’il faut vendre la nouvelle ou croire que ce deal est le début de quelque chose et que ça nous permettra de relancer la croissance mondiale et au-delà. Je vais jeter un gros seau d’eau sur le feu, parce que quand on lit les premiers commentaires des « experts », les dégâts sont déjà fait et ça ne suffira pas pour redémarrer la machine si facilement. Bon, en même temps vu l’ambiance pourrie que nous avons actuellement et cette conviction absolue comme quoi « le krach arrive », il est évident que l’on n’allait pas sortir la Ritaline tout de suite pour calmer les gens qui s’emballent, va peut-être falloir un peu plus de temps pour que ça deviennent vraiment excitant.

En tous les cas, la semaine va commencer tranquillement, surtout que c’est Colombus Day aux USA et que le marché obligataire sera fermé. Pour le moment la question de la Chine peut-elle redémarrer avec ce Trade Deal, est posée et on va déjà projeter cette angoisse sur les chiffres trimestriels qui arrivent cette semaine en se disant : « est-ce que l’impact de tout ce qui s’est passé va se ressentir dans ces publications à venir ? ».

La Chine, bonne excuse

Une chose est certaine, toutes les sociétés qui annonceront des chiffres médiocres utiliseront la Chine comme « excuse ». Même ceux qui ne font pas de business avec la Chine. Et elles auraient tort de se priver, puisqu’avec le deal qui vient d’être annoncé, il se pourrait même que certains tombent dans le panneau et achètent le titre pour jouer « l’amélioration du business après le Trade Deal ». C’est les banques qui vont passer à la moulinette en premier et ça risque d’être moche.

On sait que les résultats des banques sont toujours très difficiles à interpréter et qu’en général les analystes sont à des kilomètres de la réalité avec leurs prévisions, mais quand on voit ce qui se passe sur les taux et que l’on entend ce que l’on entend sur la liquidité des marchés interbancaires, on peut se demander si le bilan des banques et du secteur n’est pas en train de partir en vrille. Réponse dans quelques jours.

Et le reste ?

Pour le reste, on ne s’ennuie pas non plus. Le baril est remonté en fin de semaine, puisque qui dit Trade Deal dit économie qui va mieux, qui dit économie qui va mieux dit croissance qui revient et qui dit croissance qui revient dit pétrole qui remonte. Alors oui, c’est un peu tiré par les cheveux parce que ce mécanisme va mettre des mois pour se mettre en place et que nous on a une vision à 36 heures pour les plus patients, mais ça fait toujours professionnel de réagir comment ça et ça laisse supposer qu’il y a une vraie réflexion.

Enfin, ce week-end il y aurait un pétrolier qui appartient à l’Etat Iranien qui se serait fait attaquer en Mer Rouge, alors du coup, le pétrole reperdait 50 cents et se traite à 54.40$ ce matin.

La bonne nouvelle du Trade Deal n’a pas forcément plu à l’or, puisque depuis a poignée de main de Trump le lingot d’or, c’est plus ce que c’était. Actuellement l’once se traite à 1490$, en bas du range. Il serait bien que ça n’empire pas, sinon on va se poser des questions.

Les nouvelles du jour

Mis à part les tergiversations et les analyses autour de l’histoire du Trade Deal, de la poignée de main et des conséquences à venir, cette semaine on devrait pas mal se concentrer sur le BREXIT puisqu’on dirait que ça y est !!! Les politicards de tous bords semblent avoir mis de l’eau dans leur vin et il se pourrait que peut-être éventuellement, ça soit réglé d’ici la fin de la semaine. Boris Johnson devrait présenter son plan en Angleterre aujourd’hui et boucler l’affaire devant les 27 en fin de semaine. Ça parait pratiquement incroyable, si ça marche on se demande bien de quoi on va pouvoir parler après.

Pendant ce temps, le cousin d’Hitler, Erdogan, est en pleine épuration ethnique et tout le monde trouve ça normal. Il y a bien des voix qui s’élèvent en France et en Allemagne, pour protester contre Erdogan et restreindre les ventes d’armes, mais pas trop fort non plus. Il est intéressant de voir que la France coupe les vivres à la Turquie au niveau des ventes d’armes, mais qu’ils continuent à le faire avec l’Arabie Saoudite. Sûrement à cause de l’argent. En tous cas pas à cause des droits de l’homme. En tous les cas, les offensives turques doivent faire recette, parce que tout le monde s’en fout cordialement. Les marchés financiers en premier. En attendant les Kurdes ont trouvé un accord avec les Russes et les Syriens, ça pourrait peut-être calmer la Turquie.

Ailleurs

Après l’effondrement de l’IPO de WeWork ces dernières semaines, Softbank semble sur le point de prendre le contrôle de la société. Et d’un autre côté, on craint pour les chiffres trimestriels de Goldman Sachs et de Morgan Stanley qui étaient impliqués dans l’histoire et qui devraient en prendre plein la figure au passage. Autrement Elisabeth Warren semble être la candidate Démocrate qui monte et c’est elle qui pourrait affronter Trump l’an prochain – pour autant que Trump soit encore là. Dans la même série, Hunter Biden, fils de, se retire du board d’une société de Private Equity chinoise, le remue-ménage de Trump est en train de transformer la carrière de Hunter en quelque chose de bizarre.

On notera aussi que depuis six mois les investisseurs ont investi 322 milliards dans du Money Market – du jamais vu depuis les tréfonds de la crise de 2008. On sent que tout le monde se prépare au krach final annoncé à peu près tous les trois jours dans les médias classiques et toutes les heures sur Twitter ou YouTube.

Chiffres économiques

Côté chiffres économiques, il y aura la production industrielle en Europe et c’est à peu près tout. Enfin, tout après les mauvais chiffres chinois de cette nuit, mais ça c’est pas grave, parce que depuis la poignée de main de Trump, ça va aller beaucoup mieux.

Pour les chiffres du trimestre, comme c’est Colombus Day aux USA, il va falloir attendre demain pour que les choses sérieuses commencent avec JP Morgan, entre autres. En attendant, je vous souhaite un bon début de semaine, les futures sont en hausse de 0.2% et la poignée de main de Trump vaut de l’or. Pour l’instant.

On se revoit demain à la même heure. Prenez soin de vous.

Thomas Veillet

Investir.ch

“Donald Trump will never turn his back on those who serve and protect us at home and abroad”

Mike Pence