Après quelques années difficiles, les actions des marchés émergents ont connu un redressement spectaculaire en 2017. Mais il n’est pas trop tard pour investir. Les investisseurs avisés envisageront sans doute d’augmenter leur exposition à ces marchés en 2018.

Sammy Suzuki, Laurent Saltiel et Henry D’Auria

En 2017, l’indice MSCI Emerging Markets a progressé de 37,3 % en dollars US, dépassant de loin la performance enregistrée par les marchés développés.

Cette reprise s’explique par l’amélioration de nombreux paramètres macroéconomiques, une tendance qui a incité les investisseurs à revenir à de meilleurs sentiments vis-à-vis des pays en développement et de la forte croissance des bénéfices. On s’attend à ce que les entreprises des marchés émergents (ME) affichent une croissance des bénéfices de 13,2 % cette année.

Même après la forte hausse de 2017, nous pensons que ces marchés afficheront de bonnes performances, notamment pour les cinq raisons suivantes.

• Des valorisations attrayantes — Même après le feu d’artifice de l’année 2017, les actions des ME se négocient à 12,5 fois les bénéfices attendus pour les douze prochains mois – une décote de 27 % par rapport aux actions des marchés développés (MD). Ce chiffre est à peine plus élevé qu’à la fin de l’année 2016 – les actions des ME s’échangeaient alors à 11,9 fois les bénéfices attendus pour les douze prochains mois.

• Le rattrapage ne fait que commencer — Les entreprises des ME ont connu des années difficiles faites de bénéfices modestes, d’une rentabilité faible et de valorisations moroses. Elles disposent donc d’une marge de progression plus conséquente que celle des entreprises des pays développés. Il convient également de noter que, de manière générale, les cycles qu’ont connus les actions des ME ont duré plusieurs années. Entre 2002 et 2007, l’indice MSCI Emerging Markets a par exemple affiché un rendement annualisé de 28,6 %.

• Les sources de revenu — En 2017, les entreprises ont été principalement portées par la croissance de leurs bénéfices – et non par l’expansion de leur multiple. Ce type de configuration indique généralement l’existence d’un gisement potentiel de rendement latent.

• Une reprise contagieuse —L’année dernière, la Chine et les actions technologiques ont été les moteurs de la croissance. Nous pensons que cette tendance pourrait s’étendre à d’autres secteurs et régions à mesure que les bénéfices croîtront et que la confiance se propagera.

• Une atténuation du risque chinois —L’économie chinoise voit actuellement certains voyants passer au vert. L’indice des prix à la production se raffermit et la rentabilité des entreprises industrielles et productrices de matières premières progresse. Nous estimons donc que le système bancaire court désormais un risque moindre. De plus, l’amélioration des perspectives économiques chinoises devrait inciter les investisseurs à porter un regard plus confiant sur l’ensemble des actions des ME – et à se préoccuper davantage des fondamentaux des entreprises.

 

Les paramètres à prendre en compte avant d’investir

Il est possible d’adopter différentes approches pour investir dans les actions émergentes. Mais nous pensons que toutes devraient principalement reposer sur les fondamentaux des entreprises plutôt que sur une analyse «top-down» des tendances macroéconomiques régionales. Les positions par pays et par secteur devraient être définies grâce à un processus «bottom-up» de sélection des titres.

Nous pensons également pertinent de prendre ses distances avec les indices de référence. Ceux-ci sont en effet très inefficients et peuvent induire les investisseurs en erreur en les exposant exagérément à des segments peu attrayants du marché. En détachant leurs portefeuilles des indices de référence, ceux-ci pourront capter une plus grande part des rendements potentiels.

Bien évidemment, les adeptes des ME devront prendre en compte le facteur volatilité. Malgré la croissance des bénéfices et le caractère attrayant des valorisations, les menaces qui pèsent sur les actions prises individuellement ainsi que sur la stabilité du marché sont bien réelles. Dans ce contexte, les investisseurs auront tout intérêt à examiner attentivement les fondamentaux des entreprises et à sélectionner soigneusement les actions. Ils pourront ainsi traverser sans heurts les prochaines phases de cette reprise et adopter l’approche la plus adaptée au degré de risque qu’ils sont prêts à assumer.


Les opinions exprimées dans ce texte ne doivent être considérées ni comme le résultat d’une recherche ni comme un conseil ou une recommandation d’investissement. Elles ne sont pas nécessairement le reflet de celles des équipes de gestion de portefeuilles d’AB.