Chaque semaine, Vincent Juvyns, Stratégiste auprès de J.P. Morgan Asset Management sélectionne et commente un graphique économique.

Vincent Juvyns

Tensions sur les salaires pour les petites entreprises américaines

La semaine dernière, l’indice NFIB d’optimisme des petites entreprises aux États-Unis a progressé de 1,5 point pour atteindre 105 points en mai. Fait intéressant, le nombre net d’entreprises prévoyant d’augmenter les salaires de leurs collaborateurs a augmenté de 4 points de pourcentage, à 24 %. Il s’agit d’un signe montrant que les pressions des coûts de main-d’œuvre des entreprises s’accentuent tandis que l’offre de main-d’œuvre se raréfie.

D’une part, c’est une bonne chose puisque cela signifie que les consommateurs pourront dépenser davantage. D’autre part, alors que l’inflation mesurée par les prix à la consommation reste faible aux Etats-Unis, l’inflation ayant reculé à 1,8 % en glissement annuel pour mai, les entreprises ne répercutent pas la hausse des coûts salariaux sur les consommateurs.

Si la hausse des salaires demeure plus rapide que le rythme auquel les entreprises peuvent augmenter leurs prix, alors celles-ci devront améliorer leur productivité ou subir une contraction de leurs marges bénéficiaires.

 

Sources: National Federation of Independent Business (NFIB), NBER, Refintiv Datastream et J.P.Morgan Asset Management. Les périodes de “récession” sont définies à partir des dates des cycles conjoncturels selon le NBER. Données au 14 juin 2019.

 

Téléchargez la synthèse hebdomadaire (pdf, 2 pages, en français)