Alors que l’avenir du commerce mondial est suspendu aux tweets erratiques du Président Trump, la conjoncture européenne donne des signes de faiblesse. Dans ce contexte d’incertitude, les investisseurs tentent de se positionner au mieux pour l’année à venir, cherchant les poches d’alpha encore disponibles, tout en se protégeant contre les risques de désagrégation du marché. A cet égard, le message des gérantes du fonds «ELEVA Leaders Small & Mid-Cap Europe» est aussi clair que convaincant : pour arriver en tête, suivez les leaders! Eclairage sur la stratégie développée par Eleva Capital, présentée à Genève lors des dernières «Rencontres PROSPER» du 17 septembre.

Une stratégie gagnante : investir dans les sociétés leaders

Pour générer de l’alpha au sein des petites et moyennes valeurs, Diane Bruno et Marie Guigou, les deux gérantes d’ELEVA Leaders Small & Mid Cap Europe, le dernier-né de la famille ELEVA, ont choisi de privilégier les sociétés leaders.

Diane Bruno et Marie Guigou

En effet, pour être retenues dans leur univers d’investissement, les entreprises doivent entrer dans une ou plusieurs des catégories suivantes:

Leaders de cotation. Ces sociétés n’ont aucun concurrent coté en Europe et peuvent ainsi bénéficier d’une prime de valorisation.
Exemples : HomeServe (assistance pour la maison), Teleperformance (leader mondial de l’externalisation de la relation client)

Leaders mondiaux. Grâce à une part de marché supérieure à 20%, ces acteurs ont le pouvoir de fixer les prix, aussi bien avec leurs clients que leurs fournisseurs.
Exemples : GTT (leader mondial des membranes de confinement pour le transport et le stockage du gaz naturel liquéfié), Straumann (leader mondial des implants dentaires)

Leaders spécifiques. Fortes d’une part de marché locale élevée ou d’un business model très différencié, ces entreprises bénéficient d’une position unique.
Exemples : NOS (opérateur télécom portugais), Cellnex (opérateur paneuropéen de tours télécoms)

Les 5 moteurs de la croissance

Au sein de cet univers propriétaire de quelque 500 noms, les gérantes sélectionnent les titres offrant une croissance rentable et pérenne. Pour y parvenir, elles ciblent les entreprises qui bénéficient si possible d’au moins 3 des 5 moteurs de croissance suivants:

Innovation. Une société à la pointe de l’innovation peut gagner plus facilement des parts de marché et peut s’extraire du cycle économique sous-jacent.

Internationalisation. Une activité internationale permet de diversifier les sources de croissance et d’exporter un savoir-faire local à l’étranger.

Cycle. Parce qu’aucune société n’est totalement insensible à la conjoncture, il est important qu’elle bénéficie d’un cycle sectoriel favorable.

Réglementation. Loin d’être négative, la réglementation peut créer des barrières à l’entrée pour les concurrents et donner du «pricing power». Les nouvelles réglementations aident souvent les PME en forçant les grands constructeurs à se mettre rapidement en conformité.

Acquisitions. Grâce à un bilan sain, une société peut procéder à des acquisitions qui vont lui permettre de changer d’échelle et de réaliser des synergies.

Et ça marche!…

Lancée il y a plus de 9 ans, la stratégie développée par Diane Bruno et Marie Guigou a largement fait ses preuves en surperformant nettement son indice de référence.

• Performance avant de rejoindre ELEVA Capital : +180% (indice : +105%)(1)

• Performance* d’ELEVA Leaders Small & Mid Cap Europe depuis le lancement : +23% (indice : +18.3%)(2)

Par ailleurs, le fonds fait preuve d’une bonne résistance à la baisse. Ainsi, le fonds a progressé de +0.1% au mois d’août, tandis que l’indice baissait de 1.7%.

Meilleures perspectives pour les Small & Mid Caps

En cette période de doute, il vaut la peine de rappeler que les petites et moyennes valeurs constituent à bien des égards une classe d’actifs plus intéressante que les plus grandes capitalisations.

Surperformance historique. Les petites et moyennes capitalisations ont largement battu l’ensemble du marché sur le long terme.

Volatilité limitée. Contrairement aux idées reçues, les petites et moyennes valeurs ne sont pas plus volatiles que l’ensemble du marché.

• Meilleures perspectives de croissance. Les analystes estiment à 9% la croissance des bénéfices des petites et moyennes valeurs sur les douze prochains mois, alors qu’elle ne devrait pas dépasser 2% pour le marché dans son ensemble.

• Prime de valorisation raisonnable. Les plus petites valeurs sont un peu plus chèrement valorisées que l’ensemble du marché, mais la prime actuelle (11%) reste inférieure à la moyenne historique de 15%.

 

(1) Résultats du fonds Mandarine Unique I EUR du 29.03.2010 au 31.10.2018 (départ des gérantes). Indice : Stoxx Europe Small 200 (EUR)

(2) Résultats du fonds ELEVA Leaders Small & Mid Cap Europe I EUR depuis le lancement (18.12.2018 – 17.9.2019)

 


Les performances passées ne présagent pas des performances futures