La chronique obligataire de J.P. Morgan Asset Management.

Par Iain Stealey, International Chief Investment Officer of the Global Fixed Income, Currencies & Commodities Group

L’issue relativement favorable du sommet du G20 et les anticipations d’assouplissement des conditions financières stimulent la demande de dette émergente. Pour autant, des gisements de valeur subsistent.

 

Fondamentaux

Les marchés émergents poursuivent leur trajectoire de croissance après le récent sommet du G20, qui s’est conclu sans nouvelle escalade des tensions commerciales. Bien que l’incertitude qui pèse sur le commerce mondial va sans aucun doute persister, la croissance chinoise résiste jusqu’à présent grâce aux mesures de relance musclées et à l’augmentation des dépenses d’infrastructures orchestrées par les autorités pour contrer les effets négatifs des droits de douane. La stabilité de l’économie chinoise devrait contribuer à soutenir la croissance des pays émergents et leur aptitude à assurer le service de leur dette, à court terme au moins. En outre, les indicateurs cycliques donnent des signes de redressement, aussi bien en Chine que dans les pays émergents de manière générale, et de nombreuses banques centrales des pays concernés sont également bien placées pour emboîter le pas à la Réserve fédérale américaine et abaisser leurs taux d’intérêt en cas de ralentissement économique, après les avoir maintenus à des niveaux plus élevés que ceux des pays développés sur le cycle en cours.

Valorisations quantitatives

La quête de rendement et de classes d’actifs offrant un portage attrayant dope la demande de dette émergente cette année, entraînant une tension prononcée des valorisations. Le rendement global de 5,61% qu’affiche l’indice J.P. Morgan GBI-EM Global Diversified se situe désormais à son niveau le plus bas depuis 2013. Cependant, compte tenu des écarts de rendements considérables entre pays émergents et des risques particuliers appelés à persister sur les marchés à haut rendement, les investisseurs pourraient selon nous avoir intérêt à adopter une approche active. Par exemple, si on laisse de côté la Turquie au regard de la détérioration de ses perspectives, des pays comme l’Afrique du Sud, le Mexique et l’Indonésie paraissent attractifs à nos yeux (toutes les données s’entendent au 9 juillet 2019).

Rendements réels des marchés émergents (GBI)
Source: Sous-indices du Global Bond Index (GBI) Emerging Market Global Diversified. Rendements réels sur la base des prévisions dinflation IPC du 3e trimestre.Données au 9 juillet 2019.

Facteurs techniques

Les afflux de capitaux vers les fonds de dette émergente totalisent plus de 18 milliards de dollars depuis le début de l’année (au 9 juillet), avec seulement deux mois de sorties nettes. En parallèle, l’offre nette devrait rester mince, apportant un soutien supplémentaire à cette classe d’actifs. Le positionnement global des gérants de fonds investis dans les marchés émergents dénote une certaine tendance à l’aversion au risque, laissant penser que certains pays ont davantage bénéficié d’entrées de capitaux que d’autres.

Quelles implications pour les investisseurs obligataires?

Le sommet du G20 n’a pas réservé de mauvaises surprises, mais les tensions commerciales sino-américaines restent néanmoins susceptibles d’affecter une nouvelle fois les anticipations concernant la croissance mondiale. Pour l’heure, les perspectives de croissance des marchés émergents restent favorables par rapport à celles des marchés développés. De plus, les marchés émergents qui sont parvenus à maintenir leurs rendements réels à des niveaux relativement élevés ont conféré à leurs politiques monétaires un degré de flexibilité plus important. La quête de rendement devrait perdurer, dès lors, le contexte semble propice à la dette émergente. Cependant, compte tenu de la profusion de risques spécifiques, les investisseurs gagneraient à se montrer prudents dans leur allocation géographique.

 


Cette communication commerciale et les opinions qu’elle contient ne constituent en aucun cas un conseil ou une recommandation en vue d’acheter ou de céder un quelconque investissement ou intérêt y afférent. Toute décision fondée sur la base des informations contenues dans ce document sera prise à l’entière discrétion du lecteur. Les analyses présentées dans ce document sont le fruit des recherches menées par J.P. Morgan Asset Management, qui a pu les utiliser à ses propres fins. Les résultats de ces recherches sont mis à disposition en tant qu’informations complémentaires et ne reflètent pas nécessairement les opinions de J.P.Morgan Asset Management. Sauf mention contraire, toutes les données chiffrées, prévisions, opinions, informations sur les tendances des marchés financiers ou techniques et stratégies d’investissement mentionnées dans le présent document sont celles de J.P. Morgan Asset Management à la date de publication du présent document. Elles sont réputées fiables à la date de rédaction. Elles peuvent être modifiées sans que vous n’en soyez avisé. Il est à noter par ailleurs que la valeur d’un investissement et les revenus qui en découlent peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et que les investisseurs ne sont pas assurés de recouvrer l’intégralité du montant investi. La performance et les rendements passés ne préjugent pas forcément des résultats présents ou futurs. Aucune certitude n’existe quant à la réalisation des prévisions. J.P. Morgan Asset Management est le nom commercial de la division de gestion d’actifs de JPMorgan Chase & Co et son réseau mondial d’affiliés. Dans les limites autorisées par la loi, vos conversations sont susceptibles d’être enregistrées et vos communications électroniques contrôlées dans le but de vérifier leur conformité à nos obligations juridiques et règlementaires et à nos polices internes. Les données personnelles seront collectées, stockées et traitées par J.P. Morgan Asset Management dans le respect de la Politique de confidentialité disponible sur le site www.jpmorgan.com/emea-privacy-policy . Cette communication est publiée en Europe (hors Royaume-Uni) par JPMorgan Asset Management SARL (Europe), 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand-Duché de Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B27900, capital social EUR 10.000.000.