Les perspectives de stockage dans le cloud continuent d'être prometteuses et les centres de données en seront les bénéficiaires.

Par Mark Ebert, gérant du fonds Quaero Capital Funds (Lux) – Infrastructure Securities

 

Le rebond du fonds Infrastructure Securities s’est poursuivi pour un cinquième mois consécutif. La classe EUR a gagné ainsi +0.7% en mai (+0.9% pour la classe USD), alors que les actions américaines (SPX) perdaient -6.6%, les actions européennes -5.6% (Eurostoxx 50), le MSCI World (LC) -6.1%, les commodities (BCOM) -3.6% et alors que le benchmark du fonds, l’indice S&P Global Infra (hedged EUR TR Net) reculait de -1.2% et les 9 principaux fonds concurrents cédaient -0.5%. Parmi les classes d’actifs sensibles aux taux d’intérêt, les obligations investment grade (JGAGGUSD) ont perdu -0.2%, tandis que l’indice des services publics US (UTIL) cédait -0.7% et que les fonds immobiliers globaux (GRI) gagnaient +0.6%.

 

Une gestion qui s’appuie sur 4 axes

  1. Tout d’abord, le fonds investit dans des sociétés d’infrastructure qui opèrent selon un “modèle locatif”, dans lequel des actifs importants, de préférence monopolistiques, sont mis à la disposition des clients en contrepartie d’un “loyer”.
  2. Deuxièmement, les gestionnaires n’investissent que dans des entreprises dont les perspectives de croissance du bénéfice par action dépassent celles du marché en général (le taux de croissance moyen pondéré du BPA de nos sociétés bénéficiaires pour les trois prochaines années est de +15.7%, contre +10% pour l’indice MSCI World).
  3. Troisièmement, malgré un portefeuille assez concentré, le fonds maintient une diversification par sous-secteur et par pays. La position la plus importante ne représente que 5.7% du portefeuille.
  4. Enfin, les gestionnaires investissent uniquement dans des actions dont la note ESG est supérieure à la moyenne. Le fonds est ainsi noté ” A+” par Conser, une agence de notation reconnue.

 

Composition du portefeuille

Le portefeuille est presque totalement investi, avec une position de trésorerie de 1%. Il ne comporte qu’un faible niveau d’infrastructures cycliquement exposées et n’a pas d’exposition aux marchés émergents ou au Royaume-Uni. Le portefeuille est composé de 29 actions de haute qualité, avec un biais vers les “infrastructures de croissance”. En termes de liquidité, toutes les positions peuvent être liquidées dans un délai d’un jour. Conformément à la politique de couverture de la stratégie, tous les risques de change importants sont couverts pour toutes les classes du fonds. A la fin du mois de mai, 91% du portefeuille était ainsi couvert. Les gérants mettent l’accent sur une large diversification entre les sous-secteurs de l’infrastructure. Ils évitent les positions concentrées et leur position la plus importante ne dépasse pas 5.7%. Depuis le passage en avril 2017 d’une stratégie d’actifs réels à une stratégie 100% dédiée à l’infrastructure cotée, le fonds a un bêta de 0.61 et une corrélation (r²) de 0.61 par rapport à l’indice MSCI World.

Les positions sous-jacentes du portefeuille se traitent à un rendement pondéré brut 2018E de 3.0 %, à un ratio PE 2018e de 24.1x et à un ratio cours/actif net au 31.12.19e de 3.2x, reflétant la concentration sur les actions de croissance (contre 2.3 %, 17.1x et 2.3x respectivement pour l’indice MSCI World).

Priorité à l’infrastructure de communication

Avec une pondération de 23%, l’infrastructure de communication est l’allocation la plus importante du fonds, en hausse de +6.7 % pour le mois de mai.

Cellnex a grimpé de +14% en mai, après une progression de +4.8% en avril et de +6.9% en mars. La société a dépassé les prévisions de bénéfices, mais a surtout annoncé deux opérations marquantes: l’acquisition des tours d’antennes d’Iliad et de Salt à environ 18x EV/EBITDA pour le portefeuille existant. On pense qu’Orange suivra cet exemple en cédant certains de ses actifs dans le domaine des antennes et de la fibre optique, ce qui impliquerait vraisemblablement plusieurs portefeuilles de pays européens. Ceci est positif pour le secteur européen des télécommunications et les sociétés européennes de tours d’antennes, ce qui justifie notre décision de détenir Inwit (en hausse de +9.2%) et Cellnex en tant que bénéficiaires potentiels de la consolidation dans ce secteur. American Tower a progressé de +6.9%.

La quantité d’énergie consommée par les centres de données du monde entier triplera au cours de la prochaine décennie.

Equinix (centres de données et câbles sous-marins) a progressé de +6.8% en mai. Les perspectives de stockage dans le cloud continuent d’être prometteuses et les centres de données en seront les bénéficiaires. Nous avons racheté Interxion, le premier opérateur européen de centres de données, en raison de ses excellentes perspectives de croissance et de ses indicateurs de valorisation relativement attractifs. Les titres des centres de données varient d’un point de vue ESG (Environnement, Social et Gouvernance). Selon Tim Bawden, rédacteur sur l’environnement pour le quotidien The Independent, la quantité d’énergie consommée par les centres de données du monde entier triplera au cours de la prochaine décennie, ce qui mettra à rude épreuve l’approvisionnement énergétique. De fait, que vous “aimiez” quelque chose sur Facebook, que vous téléchargiez le dernier film de Tarantino ou que vous publiiez une photo sur Instagram depuis le bistrot, chaque activité sur internet implique une énorme quantité de données qui doivent être stockées quelque part. Et à mesure que l'”Internet des objets” met à portée de main les innovations telles que les voitures sans conducteur et les montres vidéo haute définition, le vaste réseau de centres de données qui s’est développé au cours de la dernière décennie s’étendra.

Déjà, les centres de données consomment environ 3% de l’approvisionnement mondial en électricité et sont responsables d’environ 2% des émissions totales de gaz à effet de serre. Cela leur donne la même empreinte carbone que l’industrie aérienne! Ian Bitterlin, le plus grand spécialiste britannique des centres de données, affirme que la quantité d’énergie utilisée par ces centres double tous les quatre ans – malgré les innovations matérielles qui augmentent considérablement leur capacité de stockage. Par conséquent, les analystes prévoient que les centres de données consommeront environ trois fois plus d’électricité au cours de la prochaine décennie. Les gérants sélectionneront ceux qui respectent l’environnement en s’approvisionnant directement en énergie renouvelable et en s’installant dans des environnements froids pour réduire les coûts de refroidissement.

Résultats contrastés pour les infrastructures de transport

Avec 18% du portefeuille, les autoroutes à péage sont la deuxième plus importante allocation du fonds, en hausse de +0.5 % pour le mois. Societa Iniziative Autostradali s’est distinguée avec une progression de +6.2% en mai. Pour le premier trimestre, la société a annoncé une hausse de +7% du volume de trafic et de +10.1% du chiffre d’affaires des concessions.

Les aéroports constituent la troisième plus importante pondération, soit 13.3 % du portefeuille, et ont reculé de 1.7% pour le mois. Fraport a perdu 4.5 % après avoir gagné +8.2% en avril, affichant des revenus d’exploitation et un EBITDA en avance sur le consensus au premier trimestre. La saison estivale a bien démarré avec une hausse de +5.1% du trafic en avril. Les dépenses de détail par passager ont augmenté de +5.8%, tandis qu’en avril, elles ont connu une hausse encourageante de +9.1 %. Flughafen Zurich a gagné +0.7%, mais la position a été réduite en raison de sa valorisation relativement élevée et de son potentiel de croissance peu enthousiasmant.

Déception du côté des sociétés multi-sectorielles

Les sociétés d’infrastructure multisectorielles, qui représentent 12.7% du portefeuille, ont perdu 4.2% en mai. Eiffage a perdu 8% après avoir progressé de +8.7 % en avril. Elle a enregistré d’excellents revenus au premier trimestre, en hausse de +16% par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent, sous l’effet de la contraction des revenus, qui ont augmenté de +19% par rapport à la même période de l’exercice précédent. Les prises de commandes sont en hausse de +16% par rapport à l’année précédente, soulignant la forte tendance à la contraction des infrastructures en France. Par ailleurs, Eiffage a annoncé l’acquisition de 49.9 % de l’aéroport de Toulouse Blagnac, 3ème aéroport régional français avec une concession jusqu’en 2046.

Chemins de fer

Ils représentent 10% du portefeuille et leurs performances ont été décevantes, perdant 4.9%, avec des baisses généralisées.

 

Résultats sur 12 mois

Sur les 12 derniers mois, la classe EUR a progressé de +9% et la classe USD de +12.1%, tandis que l’indice S&P Global Infrastructure gagnait +8.1%. A titre de comparaison, le SPX a monté de +1.7%, alors que l’indice Eurostoxx50 reculait de 2.6%, que l’indice mondial MSCI World (LC) chutait de 1.6% et que les matières premières cédaient -14.4%. Sur les 12 mois derniers mois, les classes d’actifs sensibles aux taux ont obtenu des résultats contrastés, avec les obligations investment grade en hausse de +3.8%, l’indice Dow Jones US Utilities grimpant de +12.8%, et les fonds immobiliers globaux (REITS) progressant de +8%.