Le dollar pondéré des échanges a quelque peu reculé par rapport à sa hausse de la mi-avril, n'augmentant que de 0,2 % depuis le 17 mai. Mais le scénario de hausse pour le billet vert a nourri l'imagination des marchés.

Christian Zeitler, Head of Central Europe, Legg Mason

Ce récit a sa logique propre, selon laquelle l’appréciation du dollar érode sérieusement le prix des matières premières exportées depuis les marchés émergents. Elle expose alors d’autant des économies émergentes soi-disant surendettées aux ravages de la défaillance, aux interventions du FMI et de ses semblables, et à des années d’austérité imposée de l’extérieur.

Les taux d’intérêt EM en devise locale ont certainement réagi sur la base de cette trame, les rachats impulsifs tirant le cours des obligations à la baisse et entraînant par conséquent les rendements à la hausse.

Rendements des devises émergentes sur 5 ans, au 22 mai 2018
Source: Bloomberg, 22 mai 2018 Les données historiques ne garantissent pas les évolutions futures. Les indices ne sont pas gérés et il n’est pas possible d’y investir directement. Les rendements de l’indice n’incluent pas les frais de gestion ou de souscription. Ces informations sont fournies à titre indicatif seulement et ne reflètent pas les performances d’un placement réel.

L’enjeu pour les investisseurs est de ne pas s’en tenir pour les économies émergentes à des clichés qui n’ont que peu de fondements. Leur exposition au dollar est bien plus faible qu’il n’y parait, car un pourcentage plus élevé de la dette souveraine est libellé en devise locale – abandonnant les risques de change aux investisseurs étrangers plutôt qu’aux banques centrales. Plusieurs grandes économies, dont l’Inde, ont ainsi considérablement progressé dans la chaîne de valeur, en exportant des services bien plus que des biens.

Il est clair que des problèmes subsistent dans certains pays, notamment en Argentine, en Turquie, en Russie et au Brésil. Mais ces situations sont spécifiques à chacun d’entre eux et, dans au moins un cas, celui de l’Argentine, il semble avoir trouvé en sa banque centrale un interlocuteur valable.

Maintenant, les investisseurs qui font leurs devoirs se concentrent autant sur les opportunités que sur les risques; lorsqu’une banque centrale prend une telle position et a la puissance de feu pour la maintenir, un rendement de 20% sur une obligation d’Etat à 5 ans pourrait bien être une source de revenus supplémentaires plutôt qu’un simple indicateur de risque.

En hausse: les taux de rendement des bons du Trésor américain à 2 ans

La soi-disant “guerre des épargnants” est peut-être en train de s’essouffler, car les rendements à l’extrémité la plus courte de la courbe commencent à présenter des opportunités en même temps que des indications de risque.

Pour être plus précis, les bons du Trésor à deux ans peuvent générer pour investisseurs en dollars US des rendements à mesure qu’ils s’élèvent dans des zones concurrentielles par rapport aux taux d’inflation. Au 22 mai, le rendement de 2.5847% des Treasuries à 2 ans, commence à dépasser l’indice des prix à la consommation hors alimentation et énergie, laissant entrevoir la possibilité que les taux d’intérêt rajustés en fonction de l’inflation dépassent 0,0% pour la première fois depuis des années.

Les rendements des bons du Trésor américain, du 22/5/2017 au 22/5/2018
Source: Bloomberg, 22 mai 2018 Les données historiques ne garantissent pas les évolutions futures. Les indices ne sont pas gérés et il n’est pas possible d’y investir directement. Les rendements de l’indice n’incluent pas les frais de gestion ou de souscription. Ces informations sont fournies à titre indicatif seulement et ne reflètent pas les performances d’un placement réel.

Les obligations souveraines italiennes

Pendant les semaines qui ont suivi les élections italiennes peu concluantes tenues en mars de cette année, les marchés financiers ont plutôt réagi calmement à l’incertitude qui en a découlé. Mais lorsqu’un accord de coalition a été signé entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, les marchés ont finalement éprouvé des moments d’inconfort; les rendements obligataires à 5 ans de l’Italie sont passés de 0,472 % le 29 mars dernier à 1,199 %, après un creux post-électoral de 0,472 %.

Italie, obligations souveraines à 5 ans
Source: Bloomberg, 22 mai 2018 Les données historiques ne garantissent pas les évolutions futures. Les indices ne sont pas gérés et il n’est pas possible d’y investir directement. Les rendements de l’indice n’incluent pas les frais de gestion ou de souscription. Ces informations sont fournies à titre indicatif seulement et ne reflètent pas les performances d’un placement réel.

Le mouvement baissier de la dette souveraine à 5 ans est du au contenu de l’accord de coalition, à des empilages hasardeux de subventions aux particuliers et aux entreprises qui explosent les budgets, et à un ton général anti-euro, sans qu’il n’y ait de cible précise. Malgré l’existence de cet accord de coalition, il reste beaucoup de travail à effectuer avant que la coalition ne prenne le pouvoir. Et même après que le gouvernement soit constitué, il n’est pas encore dit que la coalition puisse tenir sur la durée.