Performances des gérants actifs en actions européennes et actions globales au cours des 6 premiers mois de 2019.

Antoine Briant, CEO de amLeague

Europe

Depuis le début de l’année 2019, peu de gérants surperforment le benchmark (6 portefeuilles sur 26 soit un cinquième environ, ce qui est historiquement faible). Puisque l’une des règles sur amLeague est d’être pleinement investi, il faut croire que les asset managers, à la suite de la fin d’année 2018 que l’on connait, ont décidé d’adopter en majorité un biais prudent.

On note que la moyenne de tous les portefeuilles Europe Equities de amLeague s’établit à environ 14.50% soit deux figures en dessous du benchmark, le STOXX 600. C’est beaucoup. Historiquement la moyenne se situe autour de son benchmark avec une grande stabilité (et des écarts forts entre les meilleurs et les autres). En bref, il s’agit de l’un des plus mauvais semestres pour la gestion active d’après le baromètre amLeague.

Au niveau des paris sectoriels, ceux-ci restent beaucoup plus marqués que sur le mandat global, avec par exemple la forte surpondération des utilities ou encore la forte sous-pondération de la santé ou de l’alimentation.

Au chapitre des réussites de cette première moitié d’année, on retiendra les performances de CANDRIAM, ALLIANZ GI et DEGROOF PETERCAM qui se mettent notamment en évidence.

Global Low Carbon

La FRANCAISE AM confirme ce semestre son bon classement sur l’Europe mais s’assure une très bonne place également sur les actions internationales Low Carbon. Le gérant parisien est suivi par des acteurs habitués des premiers rôles de cette compétition: RBC, LIONTRUST, ALLIANZ GI, EDR, HSBC, AXA ou UBS.

Fait intéressant à noter: la performance moyenne sur le semestre de +18.09% est légèrement au-dessus du benchmark MSCI World à +17.43%, alors qu’ordinairement il s’agit du mandat sur lequel les gérants ont le plus de mal à battre l’indice de référence.

Autre point: lorsqu’on prend les 10 premiers du classement on constate qu’il y a peu d’écarts entre eux, comparativement à la table EUROPE qui présente des résultats assez disparates. Tout le monde se concentre visiblement sur les meilleures notes “Carbone” émises par l’agence MSCI ESG, partenaire de amLeague pour la fourniture de données ESG, d’une part, sur les grands titres du benchmark d’autre part (tracking error moyenne assez faible à 3.00 environ). Mais c’est sans doute qu’il s’agit des mêmes valeurs, justement … Les notations ESG et Carbon sont souvent accusées de surpondérer les grandes valeurs (dont le budget communication est à la hauteur des enjeux dira-t-on pudiquement). On en a une traduction directe dans ce classement 2019 H1.

 

Découvrez la méthodologie amLeague dans cet article.

 

source: amLeague, données au 28.06.2019